Étiquettes

, , , , , , , , , ,

On y est, c’est le printemps! La saison des asperges bat son plein, mais aussi celle de l’ail des ours et… des orties.

 

Pour la plupart des gens l’ortie fait figure d’épouvantail et reléguée au rang de mauvaise herbe! On craint surtout son pouvoir urticant ayant tous en tête le souvenir brûlant d’une piqûre d’ortie au détour d’une balade en forêt ou d’une séance de jardinage…

Pourtant comme dit l’expression populaire, il n’y a pas de mauvaises herbes, il n’y a que des herbes méconnues…
Et l’ortie mérite d’être connue! Elle l’est d’ailleurs pour ses multiples propriétés et ce depuis longtemps!

Et si on en trouve tout au long de l’été, c’est les jeunes pousses au printemps qui vont nous intéresser pour cuisiner: ce sont les plus tendres et elles ne sont pas trop fibreuses.
Dans quelques semaines, les plants grossiront et seront beaucoup moins agréables à déguster. Après la floraison, la plante devient plus amère, perdant ainsi tout intérêt gustatif… Reste donc ses multiples utilisations autres qu’en cuisine.

L’Ortie une plante à tout faire?

Presque! En tout cas ses applications sont plutôt variées, voyez plutôt: 

  • En purin pour l’agriculture ou le jardinage, un bon engrais
  • Dans les cosmétiques l’ortie aurait la capacité de favoriser la pousse des cheveux et de fortifier les ongles. (Quand je vous dis que c’est un bon engrais…)
  • En raison de sa haute teneur en chlorophylle, l’ortie permet d’obtenir un colorant vert naturel qui était utilisé dans les conserves de légumes ou dans la confection du papier.
  • Jusqu’à la découverte du coton, la fibre d’ortie servait à la fabrication de tissus et de vêtements.
  • Enfin, on lui prête moult vertus médicinales. Pour le soulagement des calculs rénaux, inflammations des voies urinaires, anémies, douleurs arthritiques ou rhumatismales, etc…

Pour la Cueillette…

Pas  besoin d’aller bien loin ! Cette plante vivace est partout ! Elle pousse spontanément dans les lieux laissés à l’abandon (le long des murs, dans les chemins, au bord des haies ou encore dans les fossés). Mais attention à la pollution et aux traitements, le plus sûr est encore de privilégier son propre jardin ou de les cueillir en pleine nature!

Dans la pratique, on s’y mettra en début de matinée, après la rosée et avant un soleil trop chaud. Une bonne paire de gants sera nécessaire et on cueillera uniquement les premières feuilles au sommet de la plante, les plus tendres…

En cuisine…

-Commençons par le plus simple les jeunes pousses crues en salade! Il faudra les laver soigneusement, puis les émincer finement.

-En Pesto, il faut rapidement blanchir les orties, puis les égoutter. Pour ma part je les mixe ensuite avec des graines et de l’huile de tournesol. On peut également y ajouter du parmesan ou du Sbrinz. Sur un croûton à l’apéritif, dans des pâtes, un risotto ou simplement sur un morceau de viande rôtie.

-En chips, un délice! Les feuilles d’ortie simplement frites dans un bain d’huile à 160Cº. Saler immédiatement à la sortie de la friteuse et égoutter soigneusement sur un papier absorbant. En apéritif, en accompagnement d’un poisson ou d’une soupe d’ortie.

-En soupe, en infusion, dans une farce à ravioli, etc… À vous d’oser essayer!

 

Et ce n’est qu’un rapide survol de cette plante étonnante… Alors avant d’acheter des salades et autres légumes de lointaines provenances, allez jeter un coup d’œil dehors!

Publicités