Publicités

Découvrir les Herbes Sauvages: le carvi ou cumin des prés

Mots-clefs

, , , , , ,

Absent de ce blog depuis quelques semaines (ou plutôt quelques mois…), je reviens pour vous parler d’herbes sauvages… Un univers passionnant que je découvre depuis quelques mois!

 

À l’heure où tout le monde voyage, les réseaux sociaux pullulent de photos de plats et la cuisine a tendance à se standardiser. Cela faisait donc quelque temps que je cherchais à aller plus loin dans l’interaction entre ma cuisine et le terroir local.

Je partis donc en quête de quelqu’un qui serait en mesure de me faire découvrir de nouvelles saveurs à travers les herbes, bourgeons, fleurs et autres racines sauvages qui ornent nos alpages.


Me renseignant auprès de connaissances, fournisseurs et amis, c’est dans les Préalpes fribourgeoises que je fis la connaissance d’Anne-Marie, naturopathe et cueilleuse émérite.
Cela fait donc plusieurs semaines qu’elle me fait découvrir une multitude d’herbes que j’apprivoise et commence à utiliser dans ma cuisine.

Voilà maintenant mon tour de les partager avec vous sous forme d’une petite série. Commençons aujourd’hui avec le Carvi (Carum carvi) appelé aussi cumin des prés, cumin de hollande ou encore anis des Vosges.

 Le Cumin des Prés ou Carvi

Tout d’abord, arrêtons de le confondre avec le cumin. En effet le Cumin est une épice originaire des pays chauds. Elle est principalement cultivée en Inde et sur le pourtour méditerranéen. C’est une épice forte que l’on retrouve aussi bien dans les currys indiens que dans les tajines et couscous du Maghreb en passant par les falafels du Moyen-Orient et le chili con carne de l’Amérique Latine…

Tandis que notre carvi, lui, est une épice bien de chez nous!
Son goût est très différent de son cousin exotique, il est plus subtil, sa saveur rappelle celle du fenouil et de l’anis avec une touche presque mentholée.
Si vous le connaissez mieux sous le nom de « Cumin des Prés » ou « Cumin de Hollande », c’est pourtant bien le Carvi que l’on retrouve dans nos fameuses tommes vaudoises !

Il est d’ailleurs présent dans toute l’Europe:
Allemagne, Autriche, Hongrie, Scandinavie, on le consomme avec le fromage, dans la choucroute, la Goulasch, on l’utilise pour parfumer des pains, pour faire de l’eau-de-vie comme l’Aquavit, etc, etc…

 

Et ça ne date pas d’hier, puisque c’est certainement une des plus anciennes épices et plantes médicinales connues! Le carvi a en effet plusieurs vertus, il stimule la digestion, soulage les affections respiratoires lors de refroidissements, met en appétit et a même un effet apaisant en cas de crampes ou de coliques.
Et si il est cultivé depuis très longtemps, c’est sa version sauvage qui nous intéresse aujourd’hui…

De la même famille que le persil, cette ombellifère bisannuelle s’élève jusqu’à 60cm du sol et pousse en pleine nature sur des champs maigres ou en bordure des chemins. Ses graines (se sont plutôt des fruits) sont plus petites et plus arrondie que celle que nous avons l’habitude de voire à l’état séché. C’est d’ailleurs la seule partie de la plante qui est utilisée même si il paraît que les racines peuvent être cuisinées comme un légume?! 

En cuisine, vu ses vertus digestives, il est habituellement associé à des plats roboratifs, le pain, les pommes de terre en robe des champs, les gâteaux aux fromages…
Quant à moi, je préfère l’utiliser afin d’apporter un peu de peps et de…fraîcheur à des plats estivaux.

 

Par exemple c’est avec des tomates et des écrevisses que vous retrouverez le Carvi sur la carte du Pont de Brent cet été!

 

Par ailleurs, le Pont de Brent sera fermé du dimanche 16 juillet au mardi 8 août (Ouverture dès 19h00).
(Les réservations sont possibles en tout temps via notre site Web)

 

Publicités