Mots-clefs

, , , , , , ,

Poursuivons dans les spécialités Suisses, cette fois avec un plat originaire des Grisons. Une sompteuse région de montagnes célèbre pour sa viande séchée, mais à qui l’on doit également Heidi ou…Les « Pizokel »!


Un nom qui peut paraître un peu exotique, mais il s’agit simplement d’un dérivé des spätzli ou knöpfli dont les Suisses raffolent avec le gibier, voire des Spaetzle chers aux Alsaciens…

Pour faire court, c’est une pâte semi-liquide composée de farine, oeuf, lait et eau que l’on étale sur une planchette humide. Puis, à l’aide d’une spatule, on forme de fines lamelles que l’on fait tomber dans une eau frémissante.

Alors bien sûr, chaque famille grisonne a sa propre recette qu’elle garde jalousement, et même dans les restaurants on trouve rarement deux fois le même plat!!
Par exemple, certains ajoutent de la pulpe de pomme de terre dans leur pâte, mais une particularité qui revient souvent est la farine de sarrasin. Une plante que l’on cultivait jadis en abondance dans ces régions.
Pour preuve non loin de là, dans le Val Poschiavo et  la Valteline Italienne, on trouve les « Pizzoccheri », une sorte de nouille plate qui est également à base de farine de sarrasin.

Bref revenons à nos « Pizokel »!!
Une fois confectionnés, ils sont poêlés et servis avec du lard rissolé, des feuilles de sauge, des épinards, du chou frisé ou des haricots verts et souvent gratiné avec du fromage.

C’est bien sûr un plat de montagnards, cuisiné avec les produits disponibles sur place, comme la « Soupe de Chalet » Fribourgeoise par exemple ou encore le sérac

Mais j’aime en préparer une version plus « édulcorée » qui, en plat unique, constitue une alternative sympa aux pâtes!
Par exemple à cette saison avec des chanterelles, quelques légumes verts, accompagnés de copeaux de Sbrinz ou de parmesan….

En voici un avant-goût avec cette image…
Je vous livre la recette tout prochainement!

Publicités