Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Lors de mon voyage au Québec (voir article précédent), j’ai eu l’occasion de faire quelques belles rencontres.

what_is_the_canadian_boreal_forest

En effet si Daniel Vézina m’a ouvert les portes de sa cuisine, il m’a également fait découvrir son terroir au travers de quelques personnalités passionnées et tout à fait passionnantes.

Donc aujourd’hui je vais commencer à vous parler de ce terroir d’Outre-Atlantique méconnu chez nous mais tellement riche et surprenant!

Les incroyables produits  de François Brouillard le coureur des bois…

C’est par un matin ensoleillé et glacial que Daniel m’a emmené découvrir l’univers de François Brouillard et Nancy Hinton.

Arrivée chez François brouillardAprès 45 minutes de route, nous arrivons aux portes des Laurentides, à St Roch de l’Achigan.
Et c’est dans une jolie maisonnette au bord de la rivière Saint-Esprit emprisonnée par les glaces hivernales, que nous rencontrons le fameux « coureur des bois ».

À la belle saison, il y anime une table d’hôte champêtre où il est possible de déguster gibiers, poissons, plantes et racines sauvages.

hiver 2010-2011 092

Mais François Brouillard ne s’arrête pas là, il donne aussi des cours sur la cueillette des plantes sauvages afin d’en assurer la pérennité.
D’ailleurs dans la famille on fait commerce de plantes sauvages depuis 4 générations!
Pas étonnant donc que « François-des-Bois » (c’est son surnom) se montre intarissable lorsqu’on aborde le sujet.

printemps 2011 007

Et il faut voir ses placards, de véritables cavernes d’Ali Baba regorgeants de multiples produits! Des champignons séchés aux infusions en passant les têtes de violon, le gingembre sauvage, les boutons d’hémérocalle et de marguerite, la farine de quenouille, les sirops et huiles aromatisés, bref un authentique garde-manger issu de la forêt boréale québécoise…

The Haul
Après m’avoir rempli les poches de produits plus surprenants les uns que les autres, Daniel et François m’ont fait goûter des baies de Pimbina, un petit arbuste typique d’Amérique du Nord.
Ces baies mûrissent à la fin de l’automne, mais il faut les laisser geler sur l’arbre afin qu’elles s’adoucissent. On peut alors les consommer telles quelles ou les cuisiner sous forme de gelées, sirop ou autres.

Baies de Pimbina

Baies de Pimbina

Et quelle scène surréaliste que de manger des petits fruits à même l’arbre par -25°C au cœur de l’hiver québécois!

Selfie avec Daniel Vézina (centre) et François Brouillard (gauche)

Selfie avec Daniel Vézina (centre) et François Brouillard (gauche)

Bref, vous l’aurez compris, François Brouillard est un personnage fascinant, véritable encyclopédie de la forêt québécoise. Et Nancy, sa compagne, cuisine et décline ses incroyables plantes sauvages sous forme de produits dérivés facilement consommables.
Vous avez leurs coordonnées, alors si vous êtes de passage au Québec n’hésitez pas! Vous pouvez même trouver leurs produits à Montréal au marché Jean Talon!

Juillet 025

Nancy Hinton et François Brouillard

haut_01Les Jardins Sauvages
François Brouillard
St Roch de l’Achigan/
Marché Jean Talon
http://www.jardinssauvages.com

 

Dans quelques jours je vous parlerai des pousses et des fleurs comestibles de Pierre-André Daignault…

Publicités