Étiquettes

, , ,

Ayant grandi en Suisse avec un père boucher-charcutier, il est vrai que ne mangions pas énormément de poisson à la maison, à part quelques filets de perches et de temps à autre de la féra ou une truite. Une darne de saumon ou un filet de sole les jours de fêtes et…. quelques fois une BOÎTE DE SARDINES!

A l’époque ce n’était pas mon poisson préféré, mais quelques années plus tard j’ai découvert la véritable sardine à l’huile, comme les sardines millésimées très en vogue de nos jours, et ma foi j’en suis devenu très friand!

Alors de quoi s’agit-il exactement?
Chaque année les grandes conserveries Françaises (La Perle des Dieux, Connétable, La Quiberonnaise, Les Mouettes D’Arvor…) consacrent tout leur savoir-faire à la confection de boîtes de sardines millésimées, vendue en série limitée.

 

Pour chaque millésime, ces boîtes sont illustrées différemment par un artiste.
Si bien qu’elles deviennent de véritables objets de collection! Par exemple les boîtes de « La Perle des Dieux » sont illustrées depuis quelques années par la jeune peintre Nantaise Delphine Cossais.

Très bien mais dans la boîte?
La saison de la pêche à la sardine commence au mois d’avril jusqu’en septembre.
Pour ces boîtes millésimées on sélectionne souvent des poissons pêchés au printemps dont la saveur est réputée. Ces sardines ultra-fraîches, fermes et argentées sont plongées dans un bain de saumure, avant d’être triées une à une, étêtées et vidées à la main. Après avoir été nettoyées et alignées dans des paniers, elles sont mise à sécher quelques heures.


Vient ensuite l’étape de la cuisson. Elles sont plongées dans un bain d’huile, puis mises à égoutter toute une nuit.

 

 

Le lendemain elles sont reprises une par une et, à l’aide d’une paire de ciseaux,
on coupe le collet et la queue puis on les dispose tête-bêche dans leurs luxueuses boîtes. Recouvertes d’huile, de tournesol, d’arachide ou d’olive vierge, elles sont stockées six mois en cave à l’instar des grands crus.

 

Ces sardines millésimées se bonifient avec le temps et peuvent être consommées pendant dix ans, en prenant soin de retourner les boîtes tous les six mois !

On conseille de les consommer après six à huit ans de garde, mais quel est le véritable intérêt?
Le goût et la texture principalement, la sardine est confite, gorgée d’huile, l’arrête presque dissoute dans les chairs fondantes et moelleuses à souhait.


Accompagnées de quelques pommes de terre à l’eau, d’un filet d’huile d’olive et de quelques rouelles d’oignons ou simplement sur du pain grillé,
rajouter un verre de vin blanc sec comme le Muscadet « Amphibolite nature » de Jo Landron  en Pays Nantais, et vous avez-là un casse-croûte digne des plus grands gastronomes!

Publicités