Mots-clefs

, , ,

Les Fêtes de Pâques passées, le printemps est là et déjà l’été en point de mire…
Après les morilles et l’ail des ours, voici une des premières plantes potagère de l’année:   La Rhubarbe

Souvent considérée comme un fruit, elle est, selon les botanistes, un légume-tige qui est la plupart du temps cuisinée comme un fruit. Son nom vient du latin « rhu » qui signifie « Tige ». Seule la tige, ou plus exactement la « pétiole » est comestible. La feuille est  toxique, car trop riche en acide oxalique. Mortelle dans certains cas, elle entre même dans la compositions d’insecticides. (En décoction pour lutter contre les pucerons par exemple…)

Originaire du continent Asiatique, les chinois en consoment depuis 5000 ans. Arrivée en Angleterre au 18e siècle via la Russie, elle fut longtemps utilisée comme un légume d’hiver. Dès le 19e l’Europe entière commence à profiter de ses propriétés curatives  (Riche en fibre, potassium, phosphore et vitamine C).

En Suisse les plus grands producteurs se trouve dans le Vully. La saison débute fin-mars jusqu’à début juin et l’on peut même profiter d’une deuxième récolte au mois de septembre. Afin de compenser sa forte acidité, on utilise la rhubarbe plutôt dans des préparation sucrée, telles que compotes, tartes ou confitures.

Au Pont-de-Brent nous vous la proposons cette saison sous forme d’un Cheese-cake au mascarpone , accompagné d’un sorbet et un beignet, le tout à la rhubarbe.
Mais on peut également mettre à profit son acidité pour accompagner un foie gras, ou même un poisson.
Mixer les tiges et récupérer le jus afin de remplacer le vinaigre ou le jus de citron dans certaines préparations telles que des vinaigrettes est également possible.
Je vous proposerai d’ailleurs prochainement une recette à base de rhubarbe …

Publicités