Mots-clefs

, ,

La pluie a enfin arrosé nos contrées et voici donc les premiers champignons du Pays.
Il aura fallu attendre cette année le 6 avril soit le Vendredi Saint, pour voir les premiers marzuolus au Pont-de-Brent. Et cela faisait  trois ans que nous n’ avions pas eu l’occasion d’en travailler!
Le Marzuolus ou Hygrophore de mars, surnomé par certains « marzu », est en effet un  plutôt rare.
Premier champignon de l’année, il est recherché dès le mois de janvier en plaine.
Et peut apparaître très tôt lorsque les conditions sont réunies: neige fondante, température relativement douce, forte humidité et absence de bise… Parfois on en trouve en montagne jusqu’au mois de mai.

Le plus souvent, il pousse en famille, principalement sous couvert résineux. Mais certains sont enfouis sous les feuilles ou même carrément sous terre.
Ils sont alors tout blanc car ils n’ont pas encore vu le jour. Ensuite le chapeau se teinte d’un joli gris-cendre.

C’est un des meilleurs champignons qui soit, très fin et subtil. On évitera donc de lui imposer ail, oignon ou échalote, comme compagnon, bien trop costauds pour lui. On leur préférera le persil plus raffiné, sous forme de coulis par exemple ou même cuisiné comme un épinard!
J’aime le préparer simplement poêlé, avec éventuellement un petite larme de crème afin de l’enrober. C’est d’ailleurs l’objet de mon prochain article, une recette de Marzuolus et persil plat!
A suivre….

Publicités