Stéphane Décotterd

Archives

Voici aujourd’hui un classique de la pâtisserie vaudoise au même titre que les bouchons, taillés aux greubons, flutes etc… à savoir « La Tarte au Vin ». Bien que l’on trouve des tartes semblables à base de vin blanc en Valais, en Alsace ou en Allemagne, c’est la version vaudoise sans oeufs ni crème que j’apprécie particulièrement… C’est un dessert très vite préparé, une vingtaine de minutes sans compter la cuisson, qui se dégustera aussi… Lire la Suite

Évaluez ceci :

Exceptionnellement et pour cause de championnat du Monde de Hockey, il n’y aura pas de recette cette semaine! Mais nous sommes à la veille du week-end de la Pentecôte, les narcisses sont en pleine floraison et j’aimerais vous parler de ces magnifiques prairies qui surplombent Montreux. Quoi de plus beau qu‘une balade entre lac et montagnes pour découvrir celles que l’on nomme « la Fleur des poètes », véritable symbole de la Riviera Vaudoise. Pendant plus… Lire la Suite

Évaluez ceci :

Parlons un peu de littérature, j’aimerais vous faire découvrir ce livre consacré à quelques chefs officiants autour du Léman. Portraits (intimistes) de chefs, Les Coulisses de la gastronomie lémanique Parrainé par Fredy Girardet, Gérard Rabaey et Philippe Rochat véritables initiateurs de la gastronomie lémanique, on doit cet ouvrage à Sébastien Ladermann des Editions Alpaga. Un homme passionné de gastronomie et des métiers qui en découlent. Très à l’écoute des chefs, j’ai eu beaucoup de… Lire la Suite

Évaluez ceci :

Alors que ces derniers jours la presse locale déplore le peu de perches pêchées dans le Léman cet été, j’ai préféré vous parler d’écrevisses. Depuis quelques décennies le Léman est colonisé par les écrevisses nord-américaines. Considérées comme des espèces invasives et nuisibles, on peut les pêcher en toutes saisons. Cependant j’aime bien en travailler à cette époque de l’année, les écrevisses sont pleines, bien charnues et n’ont pas encore d’oeufs. La Petite Histoire des… Lire la Suite

Évaluez ceci :

Quel plaisir lorsque lundi matin, le pêcheur m’appelle pour m’annoncer qu’il a quelques « Ombles Chevalier » dans ses filets. Certainement mon poisson préféré, une chair fine, délicate et fondante qu’il convient d’apprêter avec le plus grand soin. En effet je déconseille très fortement de le rôtir ou le poêler, cela dessécherait les chairs… Au contraire d’une cuisson plus douce qui va en préserver la finesse. Rehaussé de quelques fines herbes (basilic, estragon, livèche ou encore… Lire la Suite

Évaluez ceci :